cocon3s.fr

cocon3s.fr

Site web : cocon3s.fr

Trois huiles végétales pour embellir les cheveux bouclés

Caractérisés par des ondulations souples et lâches, les cheveux bouclés sont naturellement secs, ce qui les rend d’ailleurs propices aux cassures. Pour les hydrater et les nourrir en profondeur, rien ne vaut les huiles végétales. Parmi toutes celles disponibles sur le marché, trois huiles en particulier sont recommandées pour les cheveux bouclés. L’huile de noix de coco : l’ingrédient nature idéal Reconnaissable à son odeur gourmande, l’huile de noix de coco est idéale sur les cheveux secs de type bouclés, crépus et frisés. Extraite à froid de la noix de coco, cette huile végétale contient des vitamines – E, K et A – ainsi que du fer. Riche en acides gras comme l’acide laurique, cette huile fluide pénètre plus facilement les follicules capillaires. Elle hydrate et nourrit les cheveux en profondeur sans néanmoins les alourdir. Peu grasse, l’huile de noix de coco permet l’obtention d’une finition sèche. Reboostés en profondeur, les cheveux deviennent brillants, souples et doux au toucher. Les boucles sont naturellement définies. L’huile de noix du Brésil : le soin cocooning par excellence L’huile de noix du Brésil est un autre incontournable des cheveux secs comme ceux crépus et frisés. La pression à froid des noix du Brésil permet l’obtention d’une huile végétale très riche en vitamines E et A, mais également en sélénium et en protéines. Ces actifs agissent de façon synergique pour revitaliser et renforcer les cheveux secs et abîmés. Grâce à l’action hydratante et nourrissante de cette huile, les boucles retrouvent leur ressort. La longueur est plus belle et soyeuse. Retrouvez cette huile auprès des marques dédiées aux cheveux bouclés, crépus et frisés comme Les Secrets de Loly. Pour répondre aux exigences de ces types spécifiques de cheveux, la marque utilise des ingrédients nourrissants comme le beurre de karité et d’avocat. L’huile d’amande douce : l’amie des cheveux bouclés L’huile d’amande douce est plus couramment utilisée sur la peau que sur les cheveux. Sa formule riche en acides gras lui permet pourtant de redonner leur splendeur aux cheveux les plus secs et abîmés. Elle les pénètre en profondeur afin de les nourrir et de les adoucir. L’action synergique de ses actifs permet également à l’huile d’amande douce d’apaiser les démangeaisons au niveau du cuir chevelu et de lutter durablement contre les pellicules. Pour profiter autant que possible des bienfaits des huiles végétales, quelles qu’elles soient, il est conseillé de les appliquer en bain d’huile sur la chevelure, plusieurs heures avant le shampooing. Sur les cheveux très abimés, il est préférable de laisser le bain d’huile végétale poser toute la nuit et de laver soigneusement les cheveux au petit matin. Pour optimiser la pénétration de l’huile, enveloppez votre chevelure dans une serviette chaude, dans un foulard en satin ou dans une charlotte durant toute la durée de la pose. Pour faciliter le nettoyage, évitez de surcharger les cheveux. Appliquez la juste quantité d’huile en fonction de votre longueur. Le bain d’huile est un soin hebdomadaire à ne jamais négliger pour les personnes qui ont les cheveux bouclés, frisés ou crépus.

Qu’est-ce qu’une maison bioclimatique ?

Le terme « maison bioclimatique » engendre une construction écologique qui utilise le climat et le lieu où elle est implantée pour capter de la chaleur, la diffuser et la maintenir. Cette approche vise à trouver le juste équilibre entre la construction proprement dite et la conception du logement afin de limiter les besoins énergétiques. Le système de climatisation et de chauffage de ce type de maison s’effectue automatiquement. La maison répond à une structure bioclimatique issue de sa conception, son exposition et son intégration à l’environnement. Une maison bioclimatique pour tous ! Il n’existe pas d’exemple spécifique de maison bioclimatique. Celle-ci dépend de sa position géographique, du climat existant, de l’exposition, du relief, de la végétation avoisinante et du lieu. Il est important d’identifier les variations climatiques entre les saisons. La maison biologique doit pouvoir s’adapter aux différentes conditions atmosphériques en été comme en hiver. Mais dans tous les cas de figure, on ne doit pas noter la présence d’un appareil de chauffage et des matériaux nocifs à l’environnement. L’orientation d’une maison bioclimatique La maison bioclimatique s’appuie sur 3 constituantes : la construction, le climat et les habitants de la maison. Ces éléments doivent être considérés en amont de la construction. Côté orientation, cette dernière doit prévoir une ouverture vaste au sud, peu d’ouverture à l’ouest et à l’est et aucune ouverture au nord. Ainsi, elle peut puiser aisément l’énergie naturelle et la stocker afin de la partager dans toute la maison. Les pièces qui sont les plus utilisées sont sises au sud. Les moins fréquentées sont du côté nord. Les matériaux de conception mis en place Une maison bioclimatique doit être conçue avec des matériaux appropriés. On privilégie les matériaux sains et écologiques. La terre cuite, les chanvres, les fibres de bois, les ouates de cellulose en sont de bons exemples. Sa finition n’est pas à négliger. Les matériaux sombres  sont essentiels, car ils attirent la chaleur. Néanmoins, le noir est à éviter pour éloigner la surchauffe et l’inconfort visuel. L’association la Maison Passive peut aussi vous aider à mieux comprendre. En savoir plus sur cet article du blog d’un architecte concerné par l’écologie.

Découvrez Maria Montessori et la méthode Montessori à l’école

La pédagogie Montessori se base sur les découvertes et les constatations faites par Maria Montessori. Première femme médecin italienne au début du XXe siècle, sa notoriété la précède aux quatre coins du monde. Livres, jeux, activités, cahiers… On voit partout des conseils marqués « Montessori ». Eh bien, on se demande pourquoi cette méthode suscite un tel intérêt. Le point dans cet article ! Les principes fondamentaux qui administrent la méthode Montessori La méthode Montessori intègre une approche éducative globale, des tout-petits aux adultes. L’observation d’enfants de différents milieux culturels a permis à Maria Montessori de conclure que chacun dispose de capacités universelles lui permettant de développer leurs connaissances. Selon elle, l’enfant est motivé par une soif d’apprentissage naturel et le besoin de connaissance. Pour elle, il faut cultiver l’envie d’apprendre à l’enfant au lieu de lui inculquer des faits préconçus. La pédagogie Montessori met un point d’honneur sur la connaissance. C’est la pièce maîtresse qui permet à chaque personne de vivre avec son entourage, son environnement naturel et avec lui-même. Les écoles Montessori proposent à chaque apprenti, un enseignement personnalisé qui agit en fonction de ses challenges, de son rythme et de ses forces. Apprendre à l’enfant à devenir autonome et un adulte responsable et modéré La méthode Montessori s’adresse au jeune être humain sur plusieurs plans : spirituel, social et physique. Effectivement, le rôle premier de ce procédé est de préparer l’enfant à se construire pleinement et avoir confiance en lui. En ce sens, il devient autonome, et plus tard, un adulte responsable et fiable. La pédagogie Montessori place l’enfant comme acteur de ses propres choix et ses propres gestes. Une fois adulte, il prend connaissance du monde dans lequel il évolue et de toute la complexité et la fragilité qui s’y trouvent. Il doit également savoir gérer ses relations avec chaque être humain qu’il côtoie. L’enfant qui grandit avec la méthode Montessori possède toutes les clés pour réussir sa vie professionnelle et personnelle. À ce jour, cette méthode reste la forme pédagogique la plus populaire à travers le monde.

Découvrez l’ikébana, composition florale japonaise

Le Japon est une destination touristique de plus en plus en vogue ces dernières années, en 2019 c’était déjà plus de 25 millions de visiteurs qui se sont rendus sur l’archipel et ce chiffre n’est pas près de diminuer pour les années à venir. Le pays du Soleil levant possède en effet de nombreux sites qui continuent de fasciner comme son célèbre Mont Fuji, ses châteaux médiévaux traditionnels mais encore ses temples bouddhistes et sanctuaires shintoïstes. Mais au delà de ces places merveilleuses il possède surtout une très forte culture vis-à-vis de ses arts traditionnels. Parmi ceux-ci on peut citer les estampes, la cérémonie du thé, les jardins zen, mais aussi l’ikebana. C’est donc ce dernier que nous souhaitons vous présenter aujourd’hui afin de vous faire découvrir comment il permet de sublimer la nature avec ses compositions florales exceptionnelles et nous l’espérons, vous donner envi d’aller le découvrir de vous mêmes lors de votre prochain séjour au Japon. Un art floral différent de ce que nous connaissons En Occident, il est assez fréquent de présenter les fleurs en les rassemblant en nombre et en mêlant différents types de variétés et de couleurs afin de former un bouquet. C’est justement là la principale différence avec l’art floral japonais. Au lieu de favoriser une approche quantitative l’ikebana met en avant l’épuration de chacun de ses composants qui tous se voient attribuer un symbolisme particulier et ne sont pas là uniquement en tant qu’objet figuratif. Cette dimension symbolique que présente les compositions ikebana est même religieuse puisqu’elle est tirée du bouddhisme qui a eu une très forte influence sur les arts traditionnels japonais. Bien que l’ikebana reste une activité qui permet de s’exprimer en laissant parler les différents composants de la nature comme les fleurs ou les branches, paradoxalement il reste très codifié et les symboles dont nous avons fait mention qui sont le ciel, la terre et l’humanité sont eux des éléments qui se devront d’être représentés selon les règles si vous souhaitez réaliser une vraie composition florales ikebana. Comment faire une composition floral ikebana ? Afin de réaliser une composition ikebana il vous faudra au minimum vous procurer un kenzan (pique fleurs), un sécateur, un vase pour l’ikebana ainsi que deux composants floraux au minimum. Pour ce qui est du kenzan rien de vraiment compliqué quant au choix de ce dernier, soyez juste vigilant à son diamètre afin d’être sûr qu’il ne soit pas trop grand pour être placé au sein du vase. Le vase destiné à présenter la composition florale devra lui être réfléchi au niveau de sa forme et de sa couleur afin de pouvoir accueillir les fleurs et branches que vous choisirez et de les mettre en valeur avec élégance. Parmi les vases ikebana on retrouve trois grandes catégories : Les vases nageire : Ce sont des grands vases hauts souvent d’une vingtaine de centimètres. Les vases moribana : Il s’agit de vases plutôt plats qui ont une forme d’assiettes ou de plats en fonction des variantes. Les vases yubana : Les yubana sont des vases issus de récipients non conventionnels, ainsi on peut retrouver des compositions réalisées dans des boîtes bento. Pour finir, afin de choisir vos fleurs nous vous recommandons de vous orienter dans un premier temps vers des fleurs avec lesquelles vous êtes habitués à travailler. Si vous avez un jardin n’hésitez pas à vous en servir pour trouver de l’inspiration et vous fournir afin de dénicher les fleurs qui seront présentent dans votre composition. Une fois chose faite, vous n’aurez plus qu’à les placer dans votre vase ikebana et les orienter en fonction de la composition que vous voulez réaliser. Ne vous privez pas ailleurs par de les épurer en les taillant avec des ciseaux adaptés pour l’ikebana ou bien un sécateur qui fera aussi très bien l’affaire.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *